Amazon veut se lancer dans la commercialisation de véhicules automobiles. Le géant américain va expérimenter la vente en ligne de voitures sur le marché britannique.

Vers une digitalisation de l’offre automobile

Si l’entreprise dirigée par Jeff Bezos se veut pionnière en la matière, il n’en reste pas moins que le secteur automobile ne lui est pas complétement inconnu. Depuis août 2016, Amazon vend déjà en ligne des pièces détachées et des pneumatiques.

Par ailleurs, si internet est un relai de croissance potentiel, il s’agit d’une pratique déjà effective à l’étranger. Notamment au Danemark où depuis décembre 2016, Volkswagen vend l’ensemble de ses modèles sur le web.

Ces derniers jours, c’est PSA qui a fait un pas en avant vers la digitalisation de l’offre de ses modèles via sa plateforme dédiée.
Moyennant un acompte de 500 euros, le véhicule préalablement choisi en ligne, est à récupérer en concession. La facture étant à régler auprès du concessionnaire à la date de livraison du véhicule.

Des chiffres prometteurs

Une orientation stratégique initiée en 2016 et qui fait écho aux expérimentations concluantes au Brésil pour Citroën et en Grande-Bretagne pour Peugeot.
En effet, lors du premier semestre 2017, les ventes via internet ont explosées de 75% sur le marché britannique pour Peugeot quand 200 commandes en ligne ont été effectuées au Brésil pour Citroën.

Source : Les Echos/ AutomobileWoche