Le secteur de la course automobile est aujourd’hui est en phase d’entrer dans une toute nouvelle dimension. La très renommée discipline de Formule 1 a vu naître sa dérivé écologique : la formule E (pour Electric) par la FIA. Ces concepts similaires relèvent toute fois d’une différence : en effet cette fois-ci, les pilotes s’affrontent à l’aide de super bolides propulsés uniquement par un moteur électrique. Les vitesses sont toujours aussi impressionnantes, les différentes écuries s’affrontent à 220 km/h sur une série de circuits internationaux. Mais la même question revient encore, le pilote est-il vraiment nécessaire ?

Un nouveau concept de voiture de course propose une vision très futuriste de l’avenir de l’Automobile Racing : des bolides autonomes conduits par une intelligence artificielle. Roborace, à la rencontre du championnat d’un nouveau genre.

ROBOCAR pour ROBORACE :

La future carrosserie d’une Formule 1 électrique autonome est actuellement présentée à la Mobile World Congress qui se tient à Barcelone.

Image by Chief Design Officer Daniel Simon / Roborace Ltd.
Image by Daniel Simon

La Robocar reflète un design ultramoderne imaginé et dessiné par concepteur allemand Daniel Simon, déjà très reconnu pour ses dessins de véhicules futuristes. Au menu, châssis similaire à celui d’une formule 1 : tout carbone, allure épurée pour augmenter la capacité aérodynamique du véhicule. Les yeux du bolide sont en fait une multitude de radars installés tout autour de celui-ci. Au total, 10 radars et 4 capteurs avants permettront au véhicule d’anticiper les mouvements des véhicules concurrents ainsi que les obstacles sur le circuit.

Le véritable changement que connaît la robocar est la disparition de la place pilote. En effet, le siège a été remplacé par un cerveau artificiel (AI Brain, made by NVIDIA drive), ainsi qu’une petite tour de 10 cm qui s’avère être l’antenne GNSS. Celle-ci est aussi équipée d’un tube Pitot, qui permettra à l’IA d’avoir les données GPS et vitesses du bolide.

La ROBORACE bientôt à paris :

Sous l’égide de la Fédération internationale de l’automobile (FIA) et de la société britannique Kinetik, une vingtaine de ces bolides robotisés devront s’affronter sur les circuits existants du championnat de Formule E électrique. Les derniers tests, avec pour la première fois plusieurs engins en compétition ont eu lieu le 18 février à Buenos Aires, sous le regard admiratif du public. Baptisés DevBot 1 et 2, ces prototypes se sont affrontés sur une piste tracée en ville pour accueillir le championnat de Formule-E. Sans aucune sortie de piste ni aucunes collision, ce premier test s’est donc déroulé avec succès. Il sera possible pour le public français de rencontrer ses véhicules lors de test à Paris le 20 mai 2017. Plus d’information à venir sur le site roborace.com 

Source: Roborace.com