Mondadori l’a souligné avec l’étude #MIAM2017 : la tendance est aujourd’hui au flexitarisme, voire au végétarisme.

A cela plusieurs raisons : sensibilité à la cause animale, moindre appétence pour la viande, études mettant en avant les incidences possibles de la consommation de viande sur la santé, peur face aux nombreux scandales alimentaires …  L’Observatoire des Cuisines Populaires le constate, « il semble exister chez les mangeurs d’aujourd’hui une opposition entre le végétal (bon) et l’animal (mauvais). Les choix d’affirmations n’étant jamais totalement rationnels, mais bien souvent éclairés par des inclinaisons culturelles, symboliques, voir de l’ordre de la croyance : que veulent dire ces positions? »

Armé de cette question, L’Observatoire des Cuisines Populaires a rencontré 4 experts aux profils croisés (un sociologue, un boucher, deux nutritionnistes) ; carnivores ou végétariens, ils expriment leur vision des valeurs sociales et culturelles qui sont à l’oeuvre.
Leurs interviews éclairantes sont à découvrir dans l’article « Faut-il opposer dans notre alimentation animal et végétal ? ».

Pour plus d’informations sur la baisse de la consommation de protéines animales, n’hésitez pas à consulter fiche.